Comment et pourquoi le modèle SaaS a supplanté le modèle On-premise

Comment utiliser Sofacto ?

Créez et envoyez vos factures facilement. Créez vos propres modèles de factures, envoyez-les à vos clients et gardez un œil sur vos finances.

Pendant longtemps, la formule On-premise a été la norme en matière d’équipement de logiciels informatiques pour de nombreuses entreprises. Néanmoins, l’émergence du cloud a contribué à faire émerger les solutions SaaS sur un marché qui prend chaque année de plus en plus de poids. Comment expliquer ce nouveau rapport de force ?

On-premise : un modèle rassurant pour encore beaucoup d’entreprises

Avant tout, il convient de définir ce qu’est le modèle On-premise. Ce concept renvoie à l’achat d’un logiciel ou d’une licence physique, pour une installation locale sur les postes de travail de l’entreprise ou de la structure qui en a fait l’acquisition. Cette installation se fait généralement par l’intermédiaire de l’équipe technique, mais il peut arriver que l’éditeur du logiciel s’en charge lui-même dans certains cas particuliers.

Quels sont alors les avantages du modèle On-premise ? Tout d’abord, son prix s’avère généralement plus intéressant à moyen ou long terme. En effet, il s’agit d’un achat unique. Au plus les années passent et au plus l’acquisition devient rentable. L’acheteur devient donc à la fois le propriétaire et le gestionnaire du software au sein de son réseau local. Il est donc tributaire du système d’exploitation et a tout loisir de personnaliser le logiciel à sa guise. L’atout qui est principalement évoqué lorsque l’on parle du modèle On-premise est la garantie offerte au niveau de la sécurisation des données. Celles-ci étant directement hébergées sur un serveur local, il s’agit d’un point non négligeable en matière de confidentialité pour de nombreuses entreprises, et notamment dans le secteur public. Enfin, il est toujours bon de rappeler que le modèle On-premise offre la possibilité de travailler sans connexion internet à partir d’un poste de travail muni du logiciel.

Si l’on se penche à présent du côté des inconvénients, on peut constater assez rapidement quelques limites. En premier lieu, il est nécessaire d’avoir des ordinateurs assez performants pour héberger et faire tourner certains logiciels particulièrement gourmands. Au niveau des coûts supplémentaires, certains éditeurs demandent une licence d’exploitation à chaque installation sur un nouveau poste de travail, ce qui peut représenter une somme non négligeable. D’un point de vue plus technique, il est aussi impératif d’avoir à ses côtés une équipe informatique compétente, puisque c’est à elle que revient la responsabilité d’effectuer la maintenance et autres mises à jour du logiciel, ce qui est généralement délicat pour une petite structure. Le manque de mobilité propre au modèle On-premise a également son importance dans un contexte où le télétravail se démocratise de plus en plus. En effet, il apparaît plutôt difficile de ramener un poste fixe à la maison à chaque fois que cela sera nécessaire…

Les solutions SaaS pour gagner en agilité

Le modèle SaaS – pour Software as a Service – est dépendant d’un hébergement au sein d’un service de cloud. Pour faire simple, le logiciel édité est externalisé et accessible dans la grande majorité des cas exclusivement à travers une connexion internet. Il n’y a donc pas besoin d’installation préalable de la part d’une équipe technique pour pouvoir utiliser une solution SaaS. Toutefois, contrairement au modèle On-premise, il n’est ici pas question d’acquérir, mais de louer un logiciel, généralement au mois ou à l’année.

Le grand intérêt du modèle SaaS réside dans l’agilité permise par la technologie cloud. Qu’un salarié se trouve au bureau, dans le train, chez lui ou partout ailleurs, il lui suffit simplement d’un ordinateur et d’une connexion internet pour être en mesure de travailler. De la même manière, si l’ordinateur d’un employé tombe en panne, il peut toujours avoir accès aux données stockées dans le cloud et poursuivre son travail depuis n’importe quel autre device. Il est également important de souligner que c’est à l’éditeur de la solution SaaS que revient la responsabilité de la maintenance et des différentes mises à jour de son logiciel. Nul besoin donc d’avoir dans ses rangs un professionnel de l’informatique pour solutionner un éventuel problème. 

Enfin concernant la sécurité des données stockées, l’hébergement sur un cloud constitue encore pour beaucoup un frein qu’il est difficile de lever. Pourtant, il s’agit de la priorité de l’ensemble des éditeurs du marché qui savent très bien que leur succès repose essentiellement sur cette question de la confidentialité.

Les tendances du marché actuel

Depuis quelques années maintenant, on assiste à une large expansion du marché du cloud et des solutions SaaS au détriment du modèle On-premise qui tend à décliner, ou au mieux à stagner. Même si chacun a ses avantages et ses inconvénients, l’économie par abonnement est aujourd’hui naturellement ancrée dans les habitudes de consommation. La crise liée à la Covid-19 a également contribué à changer la vision de bon nombre de chefs d’entreprises. Beaucoup ont vu dans le modèle SaaS une solution pertinente pour gagner en agilité dans ce contexte particulier.

Dans les années à venir, il faut s’attendre à voir le marché du cloud continuer à prendre de l’ampleur, comme c’est le cas pour celui des SaaS ou encore de la facturation en ligne. L’ensemble de ces secteurs est porté par une période où les entreprises arrivent à maturité pour entamer ou poursuivre leur transformation numérique. Un logiciel d’e-invoicing comme Sofacto s’inscrit d’ailleurs parfaitement dans cette optique de contribuer à l’accompagnement de ces entreprises à travers toutes les opportunités qui en découlent

Plus d'articles :