Quels sont les freins à la transformation numérique des entreprises ?

Comment utiliser Sofacto ?

Créez et envoyez vos factures facilement. Créez vos propres modèles de factures, envoyez-les à vos clients et gardez un œil sur vos finances.

Alors que le numérique gagne toujours plus de terrain dans notre quotidien – que ce soit dans la vie privée ou professionnelle – certaines entreprises montrent encore des signes de réticence quant à leur transformation digitale. Quels sont ces freins et quels leviers faut-il actionner pour y remédier ? SOFACTO se penche sur la question.

Quand numérique rime avec problématique

Pour de nombreux dirigeants, le digital est synonyme de domaine nébuleux. C’est en tout cas ce qui émane d’une étude réalisée par Bpifrance menée auprès d’un peu plus de 1 800 TPE et ETI où l’on apprend que 34% des sondés avouent que la complexité du numérique s’apparente à un frein dans leur développement. Lorsque l’on est éloigné de base du digital, difficile de savoir par où commencer, surtout quand on voit à quelle vitesse les choses évoluent.

La question de la cybersécurité revient elle aussi sur la table, et les statistiques liées au hacking parlent d’elles même. Depuis le début de la crise sanitaire, les cybermenaces ont explosé de 400%. Pas de quoi rassurer les plus réfractaires à la transition numérique, d’autant plus quand on sait que 90% des brèches de cybersécurité sont causées par une erreur humaine. Pourtant, correctement accompagnée, une entreprise peut largement anticiper et réduire les risques de cyberattaques. Il s’agit avant tout d’une affaire de bonne volonté et de pédagogie.

Le changement est une source d’inquiétude

De tout temps, le changement a toujours été une source d’inquiétude. Il est donc logique qu’au sein d’une entreprise, la perspective de devoir changer ses habitudes, revoir sa méthode de travail ou encore d’être assigné à de nouvelles missions en raison du déploiement d’un nouvel outil informatique fasse peur. L’étude réalisée par Bpifrance va dans ce sens : 28% des dirigeants interrogés pensent que les résistances au changement en interne sont le frein principal à la transformation digitale de l’entreprise. 

Ici, il est important d’inclure les collaborateurs à la réflexion qui entoure la mise en place d’un nouvel outil numérique. Au plus ils se sentent concernés et impliqués, au plus ils vont être rassurés et enclins à accepter le changement. Proposer des formations adaptées et personnalisées au rythme de chacun est également un bon moyen de limiter les craintes quant à l’utilisation d’un nouvel outil.

Un déficit organisationnel

Difficile pour une entreprise qui s’est construite sur un modèle précis de revoir son organisation structurelle pour se mettre à la page en matière de numérique. D’après une étude de McKinsey France, cette rigidité organisationnelle constitue un frein important à la transformation digitale. 

Au-delà de la résistance au changement que l’on a déjà évoquée, c’est aussi le manque de communication et la défaillance d’agilité qui sont des facteurs pouvant expliquer ce phénomène. Selon une étude menée par Capgemini, on apprend que 39% des dirigeants d’entreprises déclarent que l’organisation en silos joue un rôle néfaste à ce niveau.

Le choix d’une solution SaaS comme Sofacto – qui est pour rappel assimilée à l’écosystème Salesforce – est un bon exemple d’intégration à un système d’information efficace. Les données sont accessibles à tous et peuvent circuler avec fluidité d’un service à un autre, ce qui contribue au décloisonnement progressif des équipes et à un gain d’agilité bienvenu. Ce n’est donc pas un hasard si 28% des dirigeants sondés pour un rapport construit par PwC affirment que repenser leur architecture autour du cloud computing apporterait un réel bénéfice.

Manque de compétences en interne et difficultés à recruter

La transformation numérique est un processus qui nécessite du temps, de l’organisation, mais aussi et surtout des compétences en interne. Si faire appel à un prestataire externe est une solution viable pour sensibiliser une entreprise à la nécessité de la maîtrise des outils informatiques, cela reste de l’ordre de l’intervention ponctuelle. Or, bénéficier d’une expertise en interne tout au long de l’année est synonyme de transformation digitale réussie.

Si l’on en revient à l’étude menée par Capgemini, la méconnaissance et le manque de compétences sont pointés à 43% par les dirigeants. De la même manière, le manque de formation des salariés est également un frein à la transformation digitale pour 36% d’entre eux. Il existe donc un réel défi dans le recrutement et la formation de profils orientés IT.

L’argent reste le nerf de la guerre

Parmi les dirigeants sondés dans l’étude de Bpifrance, 28% soulignent que l’aspect financier constitue un obstacle à leur développement numérique. Bien que cela apparaisse logique quand on connaît les difficultés que peut représenter la gestion de la trésorerie des plus petites entreprises, la situation n’en est pas pour le moins paradoxale. En effet, si l’on se fie au baromètre « Croissance et Digital 2019 » de l’Ipsos, 42% des entreprises ayant débuté leur transformation digitale enregistrent une rentabilité en hausse. Pour aller plus loin, 77% des dirigeants affirment que le numérique contribue à la croissance de leur entreprise.

Une fois encore, le recours à des solutions SaaS est reconnu comme étant financièrement plus avantageux pour une entreprise. Contrairement à l’achat d’un logiciel, la location du service permet de limiter les dépenses à court terme. Qui plus est, ces frais sont destinés à être rapidement amortis par la rentabilité permise par l’adoption de solutions numériques.

En bref, s’il existe bel et bien des obstacles réels à la transformation numérique des entreprises, des leviers peuvent être actionnés pour y remédier. Parmi eux, le cloud computing et les solutions SaaS comme Sofacto font figure d’incontournables.

Plus d'articles :